Programme PS Waterloo pour les élections communales 2018

Waterloo, le PS défend une ville à taille humaine !

 

La Commune de Waterloo compte désormais plus de 30.000 habitants, ce qui en fait une petite ville de taille familiale. Son histoire, sa renommée internationale et sa proximité avec Bruxelles en sont les atouts principaux. Nous voulons y maintenir une qualité de vie basée sur une convivialité et une ambiance familiale grâce à une activité commerciale fructueuse, des activités culturelles et sportives abordables dans le respect de tous et la sécurité.

 

Urbanisme et aménagement du territoire :

Ces dernières années, nous avons fait le constat d’un développement commercial non maîtrisé, causant ainsi de nombreux problèmes de mobilité mais également une disproportion entre la part réservée aux commerces et celle réservée aux logements. Par ailleurs, de nombreux quartiers souffrent de l’absence de petits commerces de proximité.

Dans le noyau commercial du Centre, des loyers élevés constituent un obstacle pour quantité de waterlootois désireux de créer leur propre activité ou pour des commerces qui ne survivent pas plus de deux ou trois ans.

Pour lutter contre ce phénomène qui handicape le dynamisme économique de la commune et de ses habitants, le PS propose d’étudier la mise en place d’une Régie Foncière Communale, chargée notamment de saisir les opportunités quant aux commerces vides pour les rendre plus accessibles à de nouveaux commerces à des conditions avantageuses et les aider à se développer le temps nécessaire pour en pérenniser l’activité. Son attention sera en particulier portée sur le développement de commerces de proximité de qualité dans les quartiers qui en manquent le plus.

Dans le même temps, il faut souligner l’augmentation de la population ces dernières années. Il s’agit donc également d’anticiper cette augmentation démographique.

D’autre part, de nombreux changements urbanistiques ont d’ores et déjà été lancés par la précédente majorité communale:

– Le projet de réaménagement du centre :

Partant du constat que le centre subissait de plus en plus de problèmes de mobilité et que l’Institut des Sacré-Cœurs était à l’étroit dans ses bâtiments, la majorité communale a décidé de lancer une consultation publique sur le réaménagement du centre de Waterloo. D’après les informations reçues en Conseil communal, seuls 202 citoyens ont participé à cette enquête.

Le flop de cette consultation tient au fait qu’elle était exclusivement organisée via une plate-forme électronique, pendant un délai particulièrement bref et sans réelle publicité.

Ainsi que la bourgmestre l’indiquait récemment, « ce projet est à présent dans les mains des spécialistes » (les bureaux d’étude chargés de la réalisation du master plan). Cette étape est bien évidemment nécessaire mais les choix finaux devront être débattus au sein de conseil communal et une nouvelle enquête publique devra précéder ce débat.

Nous ne voulons pas d’un projet tout ficelé où les habitants n’ont plus rien à dire comme ce fut le cas pour la nouvelle gare. L’idée d’un piétonnier très limité, avec un espace vert et des terrasses, pourra être envisagée à la condition qu’il ne crée aucun problème de sécurité ni de mobilité.

Le PS ne s’oppose pas de prime abord au réaménagement du centre, il est conscient des difficultés de circulation, en particulier le samedi, et du manque de places de parking. Toutefois, le PS ne soutiendra qu’un plan qui mettra avant tout la convivialité, la mobilité et la sécurité au centre du réaménagement.

– Le quartier de la gare va subir un changement radical :

Le projet urbanistique de destruction de l’ancienne gare, présenté par la SNCB et soutenu par la majorité, va tout-à-fait à l’encontre de l’image de ville historique de notre commune. Ce projet hyper futuriste risque de défigurer le quartier.

On aurait pu, à l’instar de la Commune de Rhode Saint-Genèse, demander le classement de la gare comme patrimoine historique mais la majorité actuelle n’a pas anticipé ce projet. Le PS était d’avis de garder le côté champêtre de la gare actuelle qui plaît tant aux touristes.

Aujourd’hui, les habitants sont confrontés à un projet quasiment finalisé sans avoir pu donner leur avis, seul un délai de deux mois a été laissé aux habitants et n’a été communiqué que dans la presse locale.

La disproportion du projet par rapport au quartier et le caractère excessivement austère de l’architecture vont immanquablement défigurer le quartier et diminuer la sécurité des utilisateurs et des habitants.

L’absence de tunnel permettant le passage de la rue de la Station vers la rue Dury est un non-sens total. Ce passage, qui devrait être nécessairement embelli, est utilisé quotidiennement par les voyageurs mais aussi par les habitants du quartier. L’absence de tunnel ou de passerelle va carrément couper un quartier en deux.

Le PS s’engage de revoir la configuration de la gare et remettre en cause le projet de la SNCB.

 

Mobilité :

Embouteillages, problèmes de stationnement, voiries plus ou moins vieillies, rues secondaires utilisées pour la circulation de transit… tout le monde s’accordera à dire que la mobilité est un des points noirs de la vie à Waterloo.

Sans doute une partie du problème dépasse le strict cadre communal.

Mais pour autant, une mobilité saturée n’est pas une fatalité. De nombreuses actions sont possibles pour proposer aux waterlootois une mobilité et un environnement urbain qui allègent la pression de la circulation automobile et permettent un meilleur partage de l’espace public avec des modes de déplacement plus doux.

30 ans de développement chaotique, suivant des schémas de quartiers monofonctionnels dépassés, ont ajouté aux encombrements dus à la position de Waterloo comme voie d’accès vers Bruxelles pour de nombreux navetteurs. Le résultat de cet urbanisme organisé au seul bénéfice des promoteurs immobiliers est que, pour une large partie de nos concitoyens, la vie est devenue impossible sans une voire deux voitures.

Si nous ne voulons pas voir notre commune transformée en vaste circuit automobile, si nous voulons conserver notre qualité de vie et un environnement sain, il est grand temps de changer son fusil d’épaule.

Le PS propose de :

Rendre leur place aux « usagers faibles » dans le paysage urbain. 

Trottoirs mal entretenus, passages difficiles ou inexistants, signalisation défaillante : être piéton à Waterloo relève du sacerdoce. Pour les familles avec enfants en bas âge, se déplacer à pied avec une poussette est une gageure, voire une réelle mise en danger.

Le Parti Socialiste souhaite investir dans la réfection prioritaire des passages dangereux. En divers endroits de la commune, l’espace public peut être réaménagé pour le rendre plus sécure et plus engageant. Ici par l’élargissement des trottoirs, là en révisant les accotements, à tel autre endroit encore tout simplement en étant plus attentifs à l’entretien des abords verdurisés qui envahissent littéralement les espaces de circulation.

Les pistes cyclables, lorsqu’elles existent, sont trop souvent mal signalées, ou encombrées par des véhicules qui les confondent avec des emplacements de parking.

Le PS propose, dans ce domaine, un travail de signalisation et de rénovation pour rendre à « la petite reine » son rôle de véritable moyen de transport, notamment pour les plus jeunes habitants de la commune. Des initiatives communales pourraient également être prises pour encourager les élèves des écoles de Waterloo à se rendre sur leur lieu d’étude en toute sécurité.

Proxibus et navettes gratuites.

La présence de proxibus et de navettes gratuites constitue une proposition alternative au tout à la voiture dont nous saluons l’existence. Mais la faible fréquence, le peu de lisibilité des horaires et la régularité parfois incertaine nuisent à la crédibilité de ce moyen de transport collectif.

Qui peut penser que les personnes qui prennent les transports en commun ont toutes du temps à donner, voire à perdre ? Une navette par heure et des pauses à mi-chemin (gare) ne nous paraissent pas le meilleur moyen de motiver les habitants des quartiers à se rendre à la gare ou dans le Centre en bus. Nous proposons d’entrer en négociations avec les TEC en vue de doubler la fréquence de ces bus et d’assurer une continuité du trajet, pour ne jamais devoir se rendre compte, à mi-chemin, que le bus fait une pause de 20 minutes ou fait demi-tour à la gare.

* Samedi shopping

Tous les waterlootois sont conscients que les problèmes de mobilité et pour se garer sont encore plus problématiques le samedi ou beaucoup de citoyens d’autres zones du pays viennent faire leur shopping dans notre belle ville. Là encore, pour permettre aux habitants d’opter pour une alternative à la voiture, la fréquence des bus doit être revue. De plus, actuellement, certains derniers bus sont programmés avant la fermeture des magasins. Ne permettant pas à nos concitoyens de profiter du Centre comme ils le souhaiteraient. Nous proposons l’augmentation des fréquences et de la plage horaire de notre cher Proxibus.

Une mobilité douce vers des produits sains.

Le week-end est également un temps propice à la balade et quoi de mieux que les marchés de la gare ou de Joli-Bois pour s’approvisionner en produits frais pour la semaine qui s’annonce ? Là encore la navette gratuite permettrait à chacun de se rendre au marché ou dans le Centre plus facilement pour y faire ses achats ou profiter des agréables restaurants de Waterloo.

Créer une offre de voitures partagées.

Trop souvent, la composition des ménages et le manque d’alternative obligent à multiplier le nombre de véhicule au sein de chaque famille. Pourtant, dans la plupart des cas, ce deuxième (ou ce troisième !) véhicule, qui représente à la fois une charge financière pour les habitants et une pression sur l’espace public, pourrait être remplacé par un système de voitures partagées, qui pourraient également être des véhicules « verts ».

Le PS propose de favoriser la venue de sociétés mettant à disposition des voitures partagées, si nécessaire en aménageant les abords des voiries, ceci afin de diminuer la concentration de voiture dans notre écrin de verdure.

Logement :

On l’a déjà dit, le développement des réserves foncières de la commune s’est fait au cours des dernières décennies au profit principalement des promoteurs immobiliers, si bien que la présence de nouveaux logements n’a pas permis de faciliter le maintien sur la commune des jeunes actifs ou un logement digne pour les personnes les plus fragiles d’un point de vue économique.

Pour le PS, le développement urbain doit se faire au profit de tous et toutes, et pas seulement pour les plus forts ou les plus nantis.

S’il ne saurait plus être question de nouvelles constructions, il est néanmoins temps de saisir les opportunités de gestion publique afin de garantir la mixité sociale qui participe à l’esprit de village de notre commune.

La Régie Foncière Communale que nous appelons de nos voeux peut également servir d’outil public dans cette optique. Outre la gestion des logements publics communaux et la réalisation d’opération d’opportunité, elle pourra également servir comme « boutique rénovation » pour venir en aide aux propriétaires qui souhaitent réaliser des travaux dans leur habitation – en particulier ceux dont les revenus sont les plus fragiles. Ces opérations de rénovation auront aussi pour vocation de permettre à nos concitoyens âgés qui le désirent de rester plus longtemps dans leur logement en l’adaptant à leur nouvelle situation de vie.

Gouvernance

La gouvernance est un sujet large qui touche à tous les aspects de la vie citoyenne. Elle ne doit pas s’arrêter aux pratiques des personnes publiques : elle doit se penser au quotidien au bénéfice de tous les habitants.

 

 

Dans ce domaine, le PS de Waterloo propose :

* De réfléchir une présence dans les quartiers de permanences décentralisées de l’administration communale, en particulier des services les plus en contact avec la population, comme la démographie et l’Etat civil.

* En s’appuyant sur le tissu associatif particulièrement riche et actif de la commune, de mettre en place des expériences de « budgets participatifs », quartier par quartier. Selon nous, de telles pratiques sont de nature à sortir la commune de sa politique de « vitrine », qui délaisse les quartiers les moins centraux : sortir du paraitre pour entrer dans le bien-être partagé.

* DE valoriser, autant que possible, les entreprises locales dans le cadre des commandes de marchés publics.

Economie :

Les études le montrent, années après années, de nombreuses entreprises quittent Bruxelles pour s’installer dans les communes proches. Pour notre commune, cette réalité est une opportunité de créer des emplois locaux de qualité, en améliorant le bien-être de nombreux waterlootois navetteurs.

Dans ce cadre, le PS propose la création d’un guichet unique pour les entreprises (qui pourrait être logé au sein de la Régie Foncière Communale) visant à identifier leurs besoins et les aider à s’installer sur la commune.

Par ailleurs, la création de sa propre activité reste, pour beaucoup, un véritable parcours du combattant. Les socialistes veulent aider chacun à s’épanouir dans l’emploi, en ce compris les entrepreneurs. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons créer une véritable « pépinière d’entreprises » sur notre commune, où de nouvelles activités pourraient se développer avec l’appui de services mis en commun et un accompagnement administratif de qualité.

Sécurité :

De l’aveu même du Ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, il manque actuellement 3.707 policiers en Belgique : 1.610 à la police fédérale et 2.097 aux zones de police locale. Ce manque de personnel met en péril l’efficacité des services de police et entraîne des conditions de travail intenables pour les policiers.

Pour le PS, il faut accélérer la cadence des recrutements :

– En obtenant du Gouvernement fédéral les moyens nécessaires pour accroître significativement les
engagements de nouveaux policiers et policières

– En améliorant le bien-être au travail pour augmenter l’attractivité d’une carrière dans les métiers de
la sécurité.

Pour le PS, il faut une vraie police de proximité, ce qui passe par un accès et un contact plus facile entre la police locale et la population. Pour ce faire, nous souhaitons revaloriser le rôle de l’agent de quartier, mais également rendre plus performant les services de première ligne et d’accompagnement des victimes.  

Du côté de la police locale, les moyens attribués par le Gouvernement fédéral sont également insuffisants : la dotation fédérale aux zones de police n’a augmenté que de 12,5 millions d’euros depuis 2014, alors qu’elle aurait dû progresser de 25 millions pour être seulement maintenue en phase avec l’inflation !

La sécurité est l’affaire de tous, mais elle n’est pas seulement une question répressive. Dans ce cadre, nous souhaitons que les lieux identifiés comme les plus problématique du point de vue de la sécurité ou du sentiment d’insécurité fassent l’objet d’une réflexion en matière d’aménagement de l’espace public. Nous pensons également que renforcer les services de prévention (de type « gardien de la paix » et éducateurs de rue) est une mesure nécessaire à ce que chacun et chacune puisse s’épanouir en toute sécurité dans l’espace public.

L’aide aux aînés :

La Commune de Waterloo présente de nombreux atouts pour les personnes âgées :  vie culturelle, nombreux commerces facilement accessibles, logements adaptés, proximité avec des infrastructures médicales de qualité.

Toutefois, nous constatons ces dernières années l’exode des habitants de Waterloo, en particulier des aînés, à défaut de trouver des logements adaptés et abordables.

Les permis délivrés par la Commune ces six dernières années font la part belle aux appartements de luxe, inaccessibles pour la classe moyenne de Waterloo.

Le nombre de places en maisons de repos ne tient pas non plus compte du vieillissement de la population.  Quant au nombre de places couvertes par le CPAS, le refus de la majorité communale d’augmenter la dotation du CPAS n’a pas permis de créer de nouvelles places.

Le PS s’engage à soutenir la création de plus de 100 places sur cinq ans afin de répondre à la demande et au souhait des habitants de continuer à vivre à Waterloo.

La priorité devra également être mise sur les autres aides aux aînés, telles que….

– Soutien à la population précarisée (tarifs réduits, visites à domicile, espaces de rencontres et de discussions entre la population et les politiques) ;

– Favoriser la mobilité des personnes isolées, des seniors et des personnes à mobilités réduites en mettant à leur disposition un taxi social, avec accompagnateur, ce qui permettrait à ces personnes de pouvoir se rendre facilement et en toute sécurité chez leur médecin traitant, en consultation hospitalière, à des thérapies médicales (psychologue, dialyse,) et dans les services administratifs ;

– Faire de l’éducation et la promotion de la santé une priorité communale, en organisant des soirées d’information, de sensibilisation et de prévention. Ces soirées seront présentées par différents professionnels des soins de santé, sur des sujets divers et variés. Il serait intéressant d’inclure dans cette démarche une action de prévention au sein même de la maison des jeunes de Waterloo, prévention qui traiterait des sujets comme la drogue, le harcèlement moral et/ou sexuel, les MST, etc.… A ce niveau, la prévention peut être réalisée par des séances d’infos ou simplement par la possibilité de joindre et/ou de rencontrer un acteur des soins de santé, afin d’apporter des réponses sur un sujet précis, qu’il soit d’ordre personnel ou collectif ;

– Toujours chez les seniors : la distribution de bouteilles d’eau en cas de canicule. Cette distribution, permettrait également, hormis la prévention de déshydratation, d’établir un contact avec ces personnes souvent isolées, de s’assurer que tout va bien. On pourrait, encore mieux, envisager que cette distribution soit faite par des enfants (école primaire, secondaire) ou par des scouts, cela permettrait de tisser des liens entre les jeunes et les seniors et d’ouvrir un dialogue intergénérationnel ;

-Pour les personnes handicapées : repenser les aménagements urbains (ex. : Pour les personnes malvoyantes, installer un signal auditif aux feux rouges, faciliter plus d’accès pour les personnes à mobilité réduite en aménagent les trottoirs et finalement, si ces personnes pouvaient également accéder à la butte du lion de Waterloo à défaut de pouvoir gravir ses 226 m.

Jeune public :

« Chèque sport »

Les activités culturelles et sportives, nombreuses à Waterloo, doivent être maintenues à un prix abordable pour les familles moyennes.

Malheureusement, permettre à nos enfants de faire du sport coûte cher. Le PS proposed’offrir des chèques sport aux familles qui en ont besoin afin que tous les enfants de Waterloo puissent bénéficier des mêmes chances de s’épanouir.

Crèches communales vs haltes garderies? 

Si les haltes garderies et les crèches privées ne manquent pas sur Waterloo, certains quartiers sont moins bien fournis que d’autres alors même que la population se rajeunit de jour en jour. Nous plaidons pour la création de crèches communales garanties par l’ONE dans chaque quartier où c’est nécessaire afin de permettre à chaque parent de mener à bien le difficile équilibre vie professionnelle vie de famille.

Les jeunes doivent également pouvoir étudier et s’épanouir à Waterloo, ce qui signifie qu’il faut encourager les initiatives permettant de les accompagner dans leurs études mais également de se détendre en faisant « la fête », tout en respectant la quiétude des habitants.

Des événements spécifiques pour les jeunes doivent pouvoir se dérouler sur le territoire de la commune.

Le PS s’engage à soutenir les initiatives à destination des jeunes.

 

Enseignement :

L’école est, pour nous, Socialistes, un enjeu majeur. Elle est au fondement de l’intégration de tous dans le monde d’aujourd’hui, dans une société plus démocratique et solidaire. Chaque élève doit donc pouvoir y acquérir les savoirs et les compétences nécessaires à cette intégration. Elle doit aussi être un lieu d’émancipation sociale, d’éveil à l’esprit critique et à la citoyenneté responsable.

Pour répondre à ses ambitions, l’école ne doit pas être isolée mais bien ouverte sur le monde. Il faut, pour ce faire, envisager des partenariats avec les autres acteurs de la vie communale.

L’enseignement communal doit s’inscrire dans les objectifs suivants : relever le niveau de l’enseignement, limiter l’échec scolaire, renforcer l’équité et soutenir la mixité sociale dans notre système éducatif.

A cette fin, le PS propose :

  • Focaliser l’attention sur la maîtrise de l’apprentissage de base ;
  • Soutenir les pratiques pédagogiques qui permettent l’organisation d’activités différenciées, pour prendre en compte les besoins de chaque élève ;
  • Prévoir une formation des élèves, adaptée à chaque âge, aux technologies de l’information et de la communication, en particulier à l’usage des nouveaux médias ;
  • Donner le goût des langues aux élèves ;
  • Garantir l’organisation au sein de chaque école communale d’une étude dirigée en dehors des heures de cours ;
  • Sensibiliser, des le début de la scolarité, à la détection des troubles d’apprentissage (dyslexie, différences sensorielles) en étroite collaboration avec les centres PMS et les centres de promotion de la santé à l’école et de favoriser les aménagements nécessaires pour garantir un enseignement adapté aux difficultés de chaque élève ;
  • Renforcer les collaborations entre les écoles et les académies de musique, des arts de la danse et de la parole ;
  • Favoriser las partenariats avec le tissu associatif local pour proposer aux jeunes générations des activités dans l’école, pendant et après le temps scolaire.

Garantir un enseignement accessible à tous.

L’enseignement, en tant que véhicule d’ascension sociale, doit être accessible à tous.

Le PS propose de :

  • Favoriser la diminution du coût de l’enseignement ;
  • Veiller au respect des réglementations en matière de frais scolaires (transparence des frais) ;
  • Plafonner les frais de classe de dépaysement ;
  • Mettre en place un système d’achat groupé pour le matériel scolaire ;
  • Favoriser l’intégration des élèves porteurs d’un handicap.

Améliorer le cadre de vie scolaire.

Afin de faire en sorte que l’école soit également un lieu de convivialité pour nos enfants, le PS veilleras à :

  • Développer des programmes permettant l’utilisation optimale des infrastructures scolaires, sportives, culturelles ou de loisir ;
  • Mutualiser les efforts pour offrir aux jeunes une alimentation saine ;
  • Généraliser l’installation de fontaines d’eau ;
  • Privilégier dans les cantines scolaires les produits issus de l’agriculture locale, de l’agriculture biologique (Oxfam), les produits locaux ou de saison et ceux du commerce équitable ;
  • Développer des plans de déplacement scolaires afin de favoriser l’accès aux écoles à vélo ;
  • Créer des espaces de convivialité aux abords des écoles (comme la Maison des jeunes) ;
  • Soutenir les écoles dans la mise en place de programmes de sécurité routière.

Accompagnement des chômeurs :

Il existe de nombreux emplois vacants à Waterloo. Il importe d’accompagner les chômeurs waterlootois afin de faire rencontrer l’offre et la demande, il convient de leur proposer une qualification quand c’est nécessaire et de mettre en place une concertation avec les associations d’employeurs dans les secteurs du commerce, de l’HORECA a ou même bancaire et financier, relativement bien représentés à Waterloo.

Le PS s’engage à soutenir les initiatives permettant aux chômeurs de retrouver un emploi à Waterloo et à créer une plate-forme mettant en contact chômeurs et employeurs locaux.

Publicités