Waterloo Plaza>Guide interactif des commerçants de Waterloo

Waterloo Plaza le guide interactif des commerçants de Waterloo>>> ICI

Résultat de recherche d'images pour "Waterloo Plaza"

 

Publicités

Visitez aussi >Voyages à bloc

Visitez aussi   Voyages à bloc. Des idées de voyages et des souvenirs de voyages depuis 2005. Florence, Venise, Budapest, Cap Vert, Monténégro, Portugal …. >>>  ICI  

P2280192.JPG

De larges pages sont consacrées à Venise .

P2240099 (1).JPG

Mandature communale de Waterloo 2019-2025>Le conseil d’action sociale.

Le Conseil de l’action sociale du CPAS de Waterloo a été installé ce jeudi 10 janvier 2019.
Conformément à l’article 17 de la loi du 8 juillet 1976 organique des CPAS, les conseillers ont prêté serment entre les mains de la Bourgmestre Florence REUTER au cours de la séance d’installation.
Les membres du Conseil de l’Action Sociale désignés sont : Etienne VERDIN, Président, Pierre BUISSERET, Nathalie THONON, Annie LEGER, Yassine CHEDDAD, Jean-Paul LOUCKX, Jean-François THONON, Frédéric BOURGYS, Méro PSARRADELIS, Michel ARDOULLIE, Carine SPILTOIR.

L’image contient peut-être : 12 personnes, personnes souriantes, personnes assises, personnes debout et costume

Compte rendu du conseil communal de Waterloo du 20 décembre 2018.

Budgets 2019 : le résumé des débats- source waterloo.be

Au cœur des débats du dernier Conseil communal de 2018 : le budget communal 2019. Il présente un boni cumulé de 473 655,91 euros au service ordinaire. À l’extraordinaire, plus de 5,5 millions d’euros d’investissement sont prévus. La bourgmestre (MR) a dévoilé aux conseillers sa vision politique de ce document. On en lira une présentation plus détaillée en page 1. Certains membres de l’opposition ont souhaité réagir.

Pour l’élu MVW, la hausse des recettes liée au Précompte immobilier démontre « que Waterloo s’est fortement urbanisée. » Il a poursuivi en demandant un moratoire sur les gros projets immobiliers, jusqu’à la mise à jour du Plan Communal de Mobilité. Il a aussi estimé que le budget alloué à la mobilité était insuffisant. « Par ailleurs, MVW a une autre lecture que vous de ce budget, a-t-il poursuivi. Nous y retrouvons assez peu de postes liés aux grands enjeux communaux. Où sont les chantiers nécessaires à l’amélioration de la qualité de vie des Waterlootois ? Il s’agit davantage d’un budget prudent, peu ambitieux et de transition. Nous regrettons d’ailleurs qu’il ne soit pas accompagné d’une note de politique générale qui aurait permis de le contextualiser. Bien sûr, cette note doit nous être présentée durant le mois de janvier 2019. Mais d’ici là, nous pensons qu’il aurait été préférable d’approuver des douzièmes provisoires pour pouvoir voter un budget complet après en avoir pris connaissance. »

Ce point de vue a surpris la bourgmestre. « Vous auriez crié au scandale si j’avais fait voter des douzièmes provisoires, alors que notre équipe est presque inchangée et que nous continuons les dossiers déjà lancés. Je ne me serais pas permis de le faire, j’aurais considéré cela comme un affront pour les conseillers. Alors oui, ce que nous présentons est un budget de continuité. La vision que vous souhaiteriez obtenir, nous l’avons déjà apportée avant 2019 : le schéma de développement communal a été voté en 2018, il va donner une vision urbanistique globale. Si cela n’est pas l’un des enjeux pour les 6 ans à venir… Idem pour le Masterplan de réaménagement du Centre qui est la première étape d’une rénovation et d’un embellissement de Waterloo, tout en freinant sa densification. La Zone d’Enjeu Communal nécessaire à sa réalisation est déjà lancée, il est donc logique qu’elle n’apparaisse pas au budget 2019. La mise à jour du Plan Communal de Mobilité a aussi été budgétée en 2018. Le « petit montant » dont vous parlez pour la mobilité ne concerne que la consultation d’experts pour diverses améliorations que nous apportons régulièrement à l’échelle d’une rue ou d’un quartier lorsque nous avons besoin d’un expert, d’un avis supplémentaire. Enfin, d’autres défis sont déjà abordés pour cette législature : la transition énergétique, la participation citoyenne, la limitation de nouvelles constructions grâce aux nouveaux outils urbanistiques… »

Écolo a estimé, pour sa part, que le budget ne dévoilait aucune réelle ambition. « Les choix politiques n’y sont pas expliqués. On n’y retrouve pas d’investissements innovants : le placement de panneaux photovoltaïques ou le réaménagement de la chaussée Bara figuraient déjà au budget 2018. Pourquoi n’y a-t-il pas de nouveaux projets pour lutter contre le réchauffement climatique ? On ne découvre que des ‘mesurettes’, alors qu’il y a tant de choses à faire pour réduire les déchets ou faire des économies d’énergie. Cela étant, nous nous réjouissons de l’apparition d’un poste relatif à la participation citoyenne. Nous espérons que la société civile de Waterloo sera soutenue par la Commune et que les citoyens auront leur mot à dire pour désigner les projets qui en bénéficieront. Ecolo espère aussi que la Commune va signer la convention des maires, outil créé par l’Union européenne afin de réaliser un bilan, de se fixer des objectifs et d’élabore un plan d’actions pour la réduction de gaz à effets de serre. »

Pour la bourgmestre, Waterloo développe, au contraire, une politique environnementale particulièrement dynamique. « C’est bien simple, lorsque nous avons voulu devenir une « Commune durable », nous nous sommes aperçus que nous avions déjà mis en œuvre la plupart des actions à réaliser. La durabilité, l’environnement et le climat sont des soucis de société qui ne vont pas se refléter de façon ostentatoire dans un budget, mais qui se remarquent dans les actions quotidiennes. Nous continuons à avancer en ce sens : nous avons, par exemple, des réunions avec l’intercommunale in BW pour avancer dans la collecte des déchets organiques. »

Ecolo a également demandé où en était la réflexion autour du marché public relatif à la gestion des espaces verts. Il s’est aussi interrogé sur la possibilité de confier une partie de ce travail aux citoyens qui le souhaiteraient.

Ce à quoi la bourgmestre a répondu : « Nous avons étudié la possibilité de reprendre cette gestion en interne pour limiter les coûts, mais cela exigerait l’achat, la gestion et l’entretien de machines, ainsi que l’engagement d’ouvriers et de saisonniers, ce qui représenterait une charge administrative conséquente. Tout cela pour gagner, au bout de trois ans, 15 000 euros. Nous avons donc préféré ne reprendre la gestion que de 10% de ces espaces, ce qui nous ferait économiser entre 15 et 20 000 euros. Cela dit, nous allons rédiger un avenant au cahier des charges pour limiter le nombre de tontes et nous exercerons un contrôle plus régulier. Quant à l’entretien par des habitants, certains nous le proposent déjà, mais il est compliqué de s’assurer que leur engagement sera tenu dans la durée. »

Le budget communal a été approuvé par la majorité MR et la représentante de DéFI. MVW s’est abstenu. Ecolo a voté contre.

Le budget du Centre Public d’Action Sociale (CPAS)a également été abordé. La part de l’intervention communale dans celui-ci est identique depuis 7 ans, a notamment relevé son président (MR). Pour MVW, la participation communale est même proportionnellement en baisse, puisqu’elle ne suit pas l’évolution du budget du CPAS.

« Nous ne rencontrons aucun problème, a rassuré le président du CPAS. Nous répondons à tous les besoins et si nous devions faire face à un imprévu notre budget serait bien entendu adapté. » Le MR et DéFI l’ont approuvé. Ecolo et MVW se sont abstenus.

Enfin, le budget 2019 de la Police de Waterloo a également été voté. Ecolo s’est abstenu.

Les autres points importants

L’assemblée a unanimement approuvé :

– le projet d’acte d’achat d’un immeuble, à front de la chaussée de Bruxelles. Ecolo s’est dit inquiet d’éventuelles « rénovations lourdes » nécessaires pour remettre ce bâtiment en état et a espéré que des investissements seraient faits pour permettre de louer les appartements avec des loyers modérés. « Dans un premier temps, c’est surtout un rafraîchissement qui est indispensable, a assuré la bourgmestre. Si des travaux plus importants sont à envisager, nous les budgéterons, mais il n’y a pas d’urgence. Nous voulions surtout acquérir cet immeuble avant qu’un autre candidat ne se présente, car sa situation, voisine de l’école communale de Mont-Saint-Jean, et son grand terrain de fond pourraient un jour nous être utiles. »

– la publication d’un avis rectificatif pour le chantier d’aménagement et d’égouttage des abords de lachaussée Bara(côté nord du tronçon Noces – Cense). « Les offres qui nous ont été remises dépassent de loin les estimations faites par nos services, a expliqué la bourgmestre. D’une part parce que les prix du marché repartent à la hausse, mais aussi parce que nous avions initialement prévu des astreintes importantes en cas de retard. Les entrepreneurs ont probablement gonflé les prix pour se couvrir. Nous proposons donc de relancer le marché par procédure négociée pour pouvoir discuter de chaque point technique, mais cela ne remet nullement en cause les travaux qui auront bien lieu. »

– l’octroi d’une subvention communale dédiée à la Coopération au développement. Cette somme de 7000€, attribuée au Club Soroptimist Val Brabant-Waterloo servira à soutenir le projet de l’ONG congolaise SOFAD, dans le but d’aider des femmes victimes de violences sexuelles. Nous y reviendrons dans une prochaine édition.