A quoi ressemblerait le nouveau Centre de Waterloo ?

Lors du conseil communal de Waterloo du 9 septembre 2019 la question a été posée.

Elle concerne l’acquisition d’un immeuble situé 6 rue René Dewit à Waterloo.

La bourgmestre Florence Reuter  se justifie :  » « Etant donné les exigences sociales et urbanistiques, la Commune a besoin à la fois d’un nouveau Centre pour préserver son attractivité et de nouveaux logements.L’achat de la maison (à un prix acceptable pour la Commune) permettra dans un premier temps de contribuer à mettre en oeuvre le Plan Communal du Logement en proposant de nouvelles habitations à louer. Par la suite, cette acquisition pourrait éventuellement éviter une expropriation, le jour où sera affiné le Masterplan ». ( source waterloo.be )

A quoi ressemblerait le nouveau Centre de Waterloo ?  >>>  ICI 

Centre.png

 

Publicités

Points importants du conseil communal de Waterloo du lundi 9 septembre 2019

Gouvernance locale

En début de séance, l’unique conseillère communale DéFI a annoncé à l’assemblée et à la presse sa volonté de quitter son groupe politique pour s’apparenter au MR, en application du Code de Démocratie locale et de la Décentralisation. Elle a également indiqué qu’elle renonçait à l’ensemble de ses mandats dérivés.

Travaux

• La Commune a décidé de vendre un terrain sis rue de la Forêt de Soignes pour « compenser », dans le budget, l’achat d’un immeuble situé rue René Dewit, 6. Ce dernier se trouve effectivement dans l’axe qui mène du parc Jules Descampe à la future place prévue dans le cadre du Masterplan de réaménagement du Centre. MVW s’est interrogé sur l’affectation de ce bien. Le groupe Ecolo s’est, lui, demandé quel était le nombre de bâtiments à acquérir pour pouvoir réaliser le Masterplan. Il s’est aussi inquiété de la participation citoyenne dans ce projet. Enfin, il a indiqué qu’à son avis, d’autres priorités auraient dû être privilégiées (réfection des rues en mauvais état comme celle de la rue Emile Dury prévue en 2021, création/aménagement de pistes cyclables, voitures partagées…).La bourgmestre (MR) a précisé « qu’étant donné les exigences sociales et urbanistiques, la Commune a besoin à la fois d’un nouveau Centre pour préserver son attractivité et de nouveaux logements.L’achat de la maison (à un prix acceptable pour la Commune) permettra dans un premier temps de contribuer à mettre en oeuvre le Plan Communal du Logement en proposant de nouvelles habitations à louer. Par la suite, cette acquisition pourrait éventuellement éviter une expropriation, le jour où sera affiné le Masterplan ». Elle a aussi rappelé que « ce dernier est une vision idéale – proposée par des urbanistes et des paysagistes – qui s’adaptera aux opportunités et à la réalité ». « Tout ne se fera pas demain », a-t-elle insisté. Et de conclure : « À propos du terrain que nous vendons, il est particulier (en hauteur, en zone rouge, on ne peut y construire qu’une maison unifamiliale…). Bref, il est difficile de l’utiliser pour la Commune. » Les groupes MR et MVW ont approuvé le point à l’unanimité. Ecolo a voté « oui » concernant la vente du terrain et « non » quant à celui de la maison.
• La Commune souhaite finaliser un projet de convention de coopération publique entre elle et l’APIBW (Agence de Promotion Immobilière du Brabant Wallon) afin d’acheter un terrain situé à l’arrière du dépôt communal pour y créer une zone bleue, d’intérêt collectif et communautaire dans le but, par exemple, de pouvoir y déplacer une infrastructure sportive vieillissante et donc y installer une nouvelle. En outre, cette convention a aussi l’avantage de permettre d’apporter une compensation aux fermiers qui occupent le terrain à vendre. Ecolo s’est demandé « s’il n’était pas prématuré de continuer à engager des dépenses sans avoir une vision d’ensemble plus précise sur le Masterplan, vision qui soit ouverte et publique ». La bourgmestre (MR) a alors expliqué qu’ »APIBW a pour mission principale de lutter contre la pression foncière. Elle cherche donc du terrain pour y développer notamment du logement moyen public. C’est d’ailleurs grâce à cette régie provinciale que de nombreux Brabançons wallons accèdent à la propriété dans des communes devenues prohibitives. C’est évidemment dans cet objectif qu’APIBW a financé l’étude du Masterplan. Notre volonté n’est autre que de reprendre la maîtrise du territoire et éviter que des promoteurs ne prennent le pouvoir sur notre centre-ville car le budget communal ne permet naturellement pas à lui seul d’entamer de grands projets comme le Masterplan », a-t-elle achevé. Ecolo et MVW se sont enquis de l’identification des terrains qu’APIBW allait recevoir en échange de la réalisation de ce projet. La bourgmestre a signifié qu’il n’existait « pas de liste à ce jour car cette question est prématurée. D’autre part, a-t-elle précisé, nous ne sommes qu’aux balbutiements de l’étude du dossier. En ce qui concerne la procédure urbanistique, les étapes à franchir sont encore nombreuses (clôture du dossier de base à envoyer au gouvernement qui doit donner son accord, etc). » MR et MVW ont voté « oui ». Quatre membres Ecolo se sont abstenus et un a rejeté le projet.

Secrétariat général

Le Conseil communal a pris acte du Plan Stratégique Transversal (PST), longuement débattu en Commission communale des Affaires Générales. « Outil de gouvernance, ce PST consiste en la retranscription de la Déclaration de Politique générale en programme administratif », a développé la bourgmestre. MVW a remercié la présidente de la Commission, l’échevin en charge et le directeur général pour leur présentation du plan en Commission. Il a regretté l’absence de priorités, d’objectifs chiffrés, de ressources affectées aux projets. Il a salué certains objectifs également présents dans son programme (préservation du triage Ste-Gertrude, mise en oeuvre du projet Capouillet…). Ecolo a accueilli favorablement la proposition d’évaluation annuelle proposée par la majorité et le projet de développement d’un outil permettant de suivre l’évolution des objectifs fixés. Il a toutefois déploré « l’absence d’indicateurs de résultats et d’estimation budgétaire » et s’est demandé « comment le citoyen allait être associé à la réalisation du PST et de ses buts ». L’échevin de la Participation Citoyenne (MR) a commenté: « Nous travaillons à l’implémentation d’une ou deux plateformes citoyennes pour un éventuel sondage, par exemple. Pour ce faire, les budgets nécessaires ont été dégagés. La première plateforme pourrait être achevée dans les semaines à venir et selon son évaluation, nous devrions mettre la deuxième en route ».

 

Police

L’assemblée a unanimement approuvé l’installation de plusieurs emplacements de stationnement pour personnes à mobilité réduite (rue Bodrissart, rue Mattot…) ainsi qu’une série de passages pour piétons et leurs signalisations (croisements rue du Ménil et av. des Chevaliers de Malte, rue Bruyère Saint-Jean et av. des Cèdres…).

source : waterloo.be