Grande consultation citoyenne à Waterloo

Du 4 au 24 juin, une plateforme numérique permettra aux Waterlootois de donner leur avis sur les différents aspects du Masterplan du Centre. Accessible via Internet, ce site leur permettra d’émettre leurs avis et de voter pour les idées qui leur plaisent. Cette consultation sera menée dans le cadre d’un projet pilote du Service Public Fédéral Stratégie et Appui.

Plus d’informations>>>  ICI

source : waterloo.be

Publicités

Le cimetière de Waterloo centre.

Le cimetière de la drève des Dix Mètres à Waterloo

Le cimetière de Waterloo Centre est situé drève des Dix Mètres à Waterloo. Un premier cimetière fut situé à l’emplacement actuel du  Parc Joseph Poelaert   qui se situe en face des numéros  70 et  72 de l’actuelle rue de la Station à Waterloo. Avant 1804, la rue de la Station à Waterloo se dénommait « chemin du Cimetière ». Le cimetière a été transféré drève des Dix Mètres en 192O.

Cimetière 3.jpg

En Belgique, la  » querelle des cimetières » se termine en 1859, lorsque le gouvernement légifère.
Les nouvelles nécropoles seront des propriétés communales et ouvertes à toutes les confessions. Plusieurs contingences vont influencer l’évolution de la situation.  D’abord, un souci d’hygiène et la peur des épidémies dont le choléra. Il y a aussi l’augmentation de la population.
Tous ces éléments contribueront à décider l’installation du Cimetière de Waterloo à la drève des Dix Mètres en 1920. Ce nouveau site remplacera définitivement le « premier cimetière » de Waterloo.

Cimetière 4.jpg

Cimetière 5.jpg

La pelouse d’honneur aux anciens combattants du cimetière du centre de Waterloo située drève des Dix Mètres.

Pelouse d'honneur waterloo.jpg

Waterloo>Histoire des cimetières

Le cimetière de Waterloo centre situé drève des Dix Mètres n’a pas toujours été situé à cet endroit.

Voici son histoire qui  est racontée >>ICI   par son auteur qui a eu accès aux registres de la paroisse.

1804-1909 à l’emplacement de l’actuel Parc Jules Descampe. 

 

PICT0033

____________________________________________________________________________

1909-1920 à l’emplacement de l’actuel Parc de la Résistance.

PICT0099

________________________________________________________________________

En 1920 le cimetière est transféré drève des Dix mètres.

PICT0150

sources historiques >>> ici

Waterloo-blog depuis 2004

Au centre de Waterloo, le musée Wellington est une ancienne auberge-relais qui servit de QG au duc de Wellington lors de la bataille de Waterloo. Ses 14 salles sont autant de témoins de cette journée historique: chambre du Duc de Wellington, salles française, prussienne, hollandaise, etc. On y  découvre aussi des uniformes, objets et armes d’époque dont la Suffisante, canon français pris à Waterloo. Un audio guide est disponible en 8 langues.

C’est à cet endroit que le duc de Wellington, commandant les armées alliées opposées aux forces françaises de Napoléon, installa dans cette auberge, les 17 et 18 juin 1815, son Quartier Général et rédigea le communiqué de victoire. C’est pourquoi l’on dit « Bataille de Waterloo ».

Musée Wellington.jpg 1.jpg

Panorama du Lion de Waterloo.

Le  PANORAMA DE LA BATAILLE DE WATERLOO est un monument classé depuis 1998 et figure sur la liste du Patrimoine exceptionnel de Wallonie.

PANORAMA

Des centaines de panoramas ayant existé il en reste 29. Celui de Waterloo reste le seul en Belgique.

Edifié en 1912 il a été entièrement rénové en 2008. Les murs ont-été renforcés avec une structure en acier inoxydable, la couleur de la façade originelle a été rendue, la frise supérieure et  la toiture. Le  lanterneau a retrouvé ses fonctions d’origine qui est de  ventiler et faire entrer la lumière du jour.

A l’intérieur du Panorama de Waterloo  une pièce de tissu, le velum, joue le rôle de plafond et la toile panoramique de Louis Dumoulin qui attire le visiteurs doivent être restaurés.

_______________________________________________________

source : La Renaissance du Livre 13.11. 2009  (ISBN-10: 2507004436 –ISBN-13: 978-2507004439 ) – « Le Panorama de la Bataille de Waterloo  » par Isabelle Leroy

Ce bâtiment circulaire abrite la toile peinte par Louis Dumoulin en 1912 pour la célébration du premier centenaire de la bataille qui affiche 110 mètres de circonférence sur 12 mètres de haut. Le concept du Panorama date du XIXe siècle. La construction massive et élégante est conçue pour pour accueillir de grandes peintures qui s’exposent à 360 °.

P7020228.JPG

P7020231.JPG

 

Le Panorama de Waterloo illustre un moment clé de la bataille la charge du général Ney ainsi que  le 3e Corps de Kellermann (sauf les carabiniers), les survivants du 4e Corps (Milhaud), la Division de Cavalerie légère (Lefèbvre-Desnoëttes) et lourde (Guyot) de la garde impériale.

P7020173.JPG

P7020174.JPG

En audio on entend les bruits de sabre, les charges de cavalerie, les tirs de canon, les clairons ou les cris de l’infanterie plongent le visiteur au cœur de la bataille.

Le Panorama de la Butte du Lion de Waterloo. Le visiteur est entraîné par un escalier dans le bâtiment circulaire d’où il peut admirer le spectacle.

P7020198.JPG

ci-dessous   photo 2005

Panorama du Lion du Waterloo.jpg

Waterloo. A  gauche de l’entrée du Panorama du Lion de Waterloo une ancienne boîte postale de l’ancienne Régie des Postes de Belgique  a été préservée lors de travaux de rénovation de la façade du monument. La boîte postale en fonte représente sur ses côtés le lion Belge et les armes du Royaume de Belgique en relief couleur or sur fond rouge .Ces boîtes postales étaient en vigueur début des années 1900. La boîte est toujours relevée par la Poste.

P7020172.JPG

PICT0021

ci-dessous l’entrée du Panorama en 2007

PICT0028

PICT0030

 

Lire Waterloo est un plaisir

Le Domaine dit d’Argenteuil, situé au nord est de la commune de Waterloo, comprend l’ancienne propriété Tuck, devenue Domaine Royal, actuellement propriété de JM Delwart,  la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, le Centre Scolaire du Berlaymont, la Scandinavian School et un couvent des Carmélites .

La drève d’Argenteuil et la drève du Château conduit au square d’Argenteuil.

C’est un lieu emblématique de la commune de Waterloo que les 603 pages de l’ouvrage>> « Le Mythe d’Argenteuil' » de Michel Verwilghen ( édition Racine 2006)    démontrent avec véracité.

Peut-être est-ce un raccourci facile mais le récit est mythique.

Ecrire, du métier à la passion.

f1 Gallica.jpg

Depuis 2006, Claude Van Hoorebeeck s’est forgé, petit à petit, une réputation de spécialiste de l’histoire du site de la bataille de Waterloo, de 1815 à nos jours.

Visitez son site >>> ICI

 

Roman de Gare et Waterloo

Le roman de gare, dont le concept date des années 1850,  c’est une histoire simple  pour aider le voyageur à passer le temps ou à attendre son train. En théorie, le roman doit être dévoré en un aller-retour. 

En octobre 2011 dans les 275 librairies implantées dans les gares belges, on trouvera les six premiers nouveaux romans de gare (trois francophones, trois néerlandophones) répartis dans deux collections : « Kill and read » (tuer et lire) pour les polars, « Kiss and read » (embrasser et lire) pour les romans d’amour. C’est  Jean-Baptiste Baronian qui signe l’un d’eux : « Meurtre à Waterloo »  et cette histoire a été de courte durée.

Pour la présentation de « Meurtre à Waterloo » cliquez sur la photo.

AVRIL 2009 103.jpg

Waterloo>Et la chanson

C’est en 1815 qu’Emile Debraux écrivit la « Chanson de Mont-Saint-Jean ».

C’est en 1974 que le groupe Abba gagna le Grand Prix Eurovision de la chanson en interprétant Waterloo.

C’est en 1981 qu’André Bialek, à l’époque Waterlootois, enregistra sa chanson « Visite guidée » dans laquelle il évoque le lion de Waterloo à côté d’autres merveilles de sa Belle Gigue. 

A écouter avec délectation.